Arts et culture·Nature

Voyage à Pairi Daiza #1 : un petit goût de paradis…

J’ai la chance de vivre à une demi-heure en voiture d’un magnifique endroit, à la fois parc animalier et jardin à thèmes : Pairi Daiza. En bientôt trois ans que je vis en Belgique, c’est la première fois que j’ai l’occasion d’y aller, et c’est avec joie que je vous emmène en voyage avec moi avec mes quelques photos…

Rien que ça, ça donne l’eau à la bouche…

Et comme nous n’avons pas tout vu, et que de ce qu’on a vu je n’ai pas tout pris en photo, cet article sera le premier d’une (sans doute longue) série !

Pairi Daiza signifie, en vieux persan, « jardin clos ». Il s’agit de la plus ancienne dénomination jamais donnée au « paradis ». Dès lors, quel plus beau nom que celui-là pour vous accueillir, chers visiteurs, dans notre Jardin extraordinaire ? Un jardin de 55 hectares, rêvé au pied des ruines de l’abbaye cistercienne de Cambron, et protégé du monde extérieur par un mur de trois kilomètres de long. Entrez… oubliez vos soucis et laissez-vous toucher par ce que vous allez voir. Par la nature, d’abord, avec ses arbres séculaires, ses fleurs si belles, ses plantes luxuriantes venues du bout du monde. Par les trésors d’architecture et d’artisanat, tous authentiques, réalisés par ces hommes aux doigts d’or venus de Chine, d’Indonésie, de Thaïlande,… Laissez-vous toucher par nos 5.000 animaux qui vivent ici en harmonie. Bienvenue dans notre Jardin des Mondes. Bienvenue à Pairi Daiza.

Eric Domb – Fondateur de Pairi Daiza

Voilà ce qu’on peut lire sur la page d’accueil du site web du parc. Et sincèrement, c’est encore mieux en vrai. Et ce pour tout un tas de raisons…

L’invitation au voyage se fait dès la grande entrée. Une fois qu’on passe les portiques de sécurité (installés après le 22 mars), on doit traverser un portail visiblement très ancien (à l’architecture je dirais que c’est un des restes de la fameuse abbaye). Tout de suite mon regard a été intrigué par un sorte de monstre chinois (ou du moins asiatique) et par un gros singe en pierre. De plus près, il s’agissait, respectivement, d’une poubelle (et c’est la bouche qui recueille nos déchets) et d’un cendrier, comme il y en a partout dans le parc. Et si les poubelles semblent toutes identiques, les singes, eux, ont tous, ou presque, différentes postures et mimiques.

Chéri passe en caisse prendre un ticket pour le parking (7€), un plan (juste sublime), puis on passe les portillons et zou, la visite commence !

carte-parc
En voilà un plan qu’il est beau !

Tout de suite, nous sommes accueillis par une cacophonie de bêlements : directement à l’entrée se trouve la petite ferme des enfants, passage obligé quand on a un bambin qui veut caresser les biquettes ^^. On était un groupe d’adulte avec un tout petit en poussette, on est vite passé à côté, mais avec des enfants qui peuvent apprécier, ça doit être vraiment une chouette idée pour commencer – ou finir – la journée.

On a donc foncé tout droit vers la Brasserie (un des restaurants du parc, mais également une vraie brasserie, qui produit, brassée à l’ancienne, la Bière de l’Abbaye de Cambron), qu’on a contourné, puis tourné à droite, en direction de l’Izba en construction. Pas de bol pour notre pseudo-guide (belle-maman), je lui ai cassé la baraque en voyant les rapaces. Aigles et chouettes ne pouvaient pas ne pas m’attirer ! Des oiseaux vraiment magnifiques, que je n’avais jamais vu en vrai (et là, de très près). J’étais une enfant devant ses cadeaux de Noël…

Pygargue à Tête Blanche
Pygargue à Tête Blanche
Harfang
Chouette Harfang (mâle)
Harfang
Chouette Harfang (mâle)
.
Hibou Grand-Duc
Chouette Lapone
Chouette Lapone

Après ce léger détour, on continue (en traversant au passage la volière des petits vautours), et on va, cette fois, vers l’Izba.

DSCF3624

Ce bâtiment, dont la construction se termine et qui est déjà très beau vu de l’extérieur, est un édifice traditionnel, son nom faisant référence à une simple habitation. Simple, l’Izba de Pairi Daiza ne l’est nullement : c’est déjà grandiose alors même que tout est en travaux à l’intérieur. Cette bâtisse sera bientôt un restaurant typiquement slave éclairé par des chandeliers. Avec le coin asiatique, ça sera, je pense, mon coin « miam » préféré ^^.

A côté, on trouve l’atelier de réparation du train à vapeur (qui fera bientôt le tour du parc) encore en préparation, et qui sera un véritable petit musée. On a déjà pu apprécier les quelques affiches rétro vantant les mérites des voyages au Canada ou en Alaska. l’atelier ne sera cependant pas qu’un décor : il servira réellement à l’entretien du train du parc.

Plus loin, se trouve le hangar de l’hydravion, lui aussi fonctionnel. S’il n’était pas accessible hier, il le sera bientôt, et ce qui n’était qu’un objet du décor du parc depuis un an est en train de devenir une véritable attraction.

Et entre les deux, l’accès à trois espèces du froid : les rennes (avec un beau mâle qu’on a appelé Sven ^^), les ratons-laveurs avec leurs deux petits (on est arrivé pile à l’heure du nourrissage, et donc de sortie des petits), et les bisons (derrière lesquels passe le circuit du train du parc, pour encore mieux les observer). La zone est encore en cours d’aménagement : sont prévus aussi des ours, des loups, et s’étaleront devant nos yeux un mélange des cultures amérindiennes et eurasiennes (avec probablement un village de tipis, c’est fort à parier).

"Sven", le papa renne
« Sven », le papa renne
Le troupeau de bisons
Le troupeau de bisons
Les bébés ratons-laveurs
Les bébés ratons-laveurs

Nous avons continué notre visite en nous dirigeant vers le Royaume de Ganesha : un ensemble de temples balinais (en fonctionnement) et d’enclos avec des décors époustouflants. Là, nous avons d’abord été subjugués par le couple de tigres blancs, puis par la famille d’éléphant d’Asie, avec la petite dernière, Nang-Faa, qui s’amusait avec sa grande sœur. Le temps, qui avait été clément, commençait juste à changer, mais les quelques gouttes ne nous ont pas empêché de les admirer.

Un des éléments du décor : on s'y croirait !
Un des éléments du décor : on s’y croirait !
Une invitation au repos
Une invitation au repos

DSCF3553 DSCF3555

Le mâle
Le mâle
La femelle en plein farniente
La femelle en plein farniente

DSCF3559 DSCF3561 DSCF3563

Ganesha
Ganesha

Après l’Asie, nous avons atterri en Afrique : guépards, léopards, zèbres, zébus, éléphants (mais pas les mêmes ^^), lions, hyènes tachetées, rhinocéros blancs (qui viennent d’avoir un petit, né le 22 mars et nommé à juste titre Sethemba, « espoir » en zoulou), gnous, buffles, et girafes… avec au centre une reconstitution d’un village africain (typique du Togo et du Bénin). Il manquait les hippopotames, qui seront, selon le plan, bientôt visibles à nouveau.

Le "petit plus" du parc : les pancartes d'avertissement sont ludiques
Le « petit plus » du parc : les pancartes d’avertissement sont ludiques
Vu du village, et sur l'enclos des hyènes
Vu du village, et sur l’enclos des hyènes

DSCF3567 DSCF3568

Papa rhino
Papa rhino
Timon ! et...
Timon ! et…
ah non, pas Pumba : ça, se sont des Pamochères, des cousins, semble-t-il, du Phacochère
ah non, pas Pumba : ça, se sont des Pamochères, des cousins, semble-t-il, du Phacochère

En face des girafes (qu’on a vu plus tard en repassant dans le coin), il y a aussi un autre village, sur pilotis, mais ce sera pour une autre fois… car mine de rien, il était déjà midi, et le petit neveu commençait à avoir faim. les grands aussi, d’ailleurs. Direction donc, au départ, l’Oasis, le restaurant à l’entrée. Mais, c’était sans compter la présence du bloc restauration asiatique qui était dans le chemin ! Entre le Temple des Délices (buffet chaud/froid à volonté) et la Maison des Saveurs (nouilles chinoises et sushi-bar), notre cœur à balancé. Les tarifs (26€ pour le buffet, contre 8€ pour les nouilles) nous ont fait opter pour la Maison des Saveurs, nichée derrière une cour chinoise typique.

DSCF3573

Nous avons tous pris ces fameuses nouilles et quelques sushis : si c’est un peu cher sur le coup (pour finir, pour Chéri et moi : 2 bols de nouilles + 18 sushi + 1 salade d’algues + 2 boissons = 50€ ^^), quand on voit les portions et surtout quand on goûte, c’est largement mérité ! Les nouilles ressemblent plutôt à des ramen (rien à voir avec les nouilles insipides des trucs tout prêts du commerce !) et sont divines ! J’ai eu du mal à finir mon bol, si bien que je n’ai pas mangé tous mes sushi et maki… Pour vous dire à quel point ça nous a calé : la fatigue aidant, on n’a rien mangé au soir avant de nous coucher ^^.

Tout le monde repus, on ressort, avec au programme pour la suite : voir les chauves-souris et le spectacle de rapaces. Mais d’abord, pause devant l’aire de jeux pour enfants – où Chéri a bien sûr fait l’idiot ^^ – le temps que notre nouvelle belle-sœur s’offre une barbe à papa pour finir le repas par du sucré. Après un petit détour vers le Cimetière des Moines (véritable vestige, gardé intact et très bien entretenu, mais là aussi, ce sera pour plus tard) où un paon faisait le beau, nous arrivons aux chauves-souris.

DSCF3576

Faute d’un appareil correct (parce que salle plongée dans l’obscurité quasi totale), je n’ai pas pris de photos, mais je peux vous dire que c’était magique. Elles étaient si près que si cela avait été autorisé j’aurais pu les caresser. Je suis restée un bon moment, puis comme tout le monde était sorti, j’ai suivi le mouvement. Du coup j’ai réagi ce matin qu’on avait de fait zappé les rats-taupes et la Cave au Trésor… tant pis, ce sera pour une autre fois ça aussi.

Petite pause devant la fontaine des poissons, on laisse bébé (parce que poussettes interdites) à la tantine, et hop, tout le monde dans le Nautilus, l’aquarium du parc. A peine entré qu’on se croirait dans une grotte au bord de la mer, ça sent bon l’iode. Très compliqué de prendre les poissons derrière les vitres parfois grossissantes, mais l’honneur fut sauf avec les méduses. Petit passage par le musée des horreurs avant de sortir, puis direction l’aire de spectacle des rapaces…

Un Bernard-l'Hermite. Je n'ne avais jamais vu. Bon, désolée, c'est flou à cause de l'eau, pas pu faire mieux...
Un Bernard-l’Hermite. Je n’en avais jamais vu. Bon, désolée, c’est flou à cause de l’eau, pas pu faire mieux…
Les belles méduses
Les belles méduses
Le bébé à deux têtes, en le voyant j'ai pensé au générique de AHS : freak Show ^^
Le bébé à deux têtes, en le voyant j’ai pensé au générique de AHS : freak Show ^^

Le spectacle des rapaces, donc. Au pied de la tour de l’abbatiale, datant du XVIIIème siècle, avec ses 54 mètres de hauteur. Comme le dit le site web, c’est le phare du parc : quand on roule vers Pairi Daiza, c’est la première chose qu’on voit avant même d’être arrivé. Un chouette décor (mais question placement des gens, c’est pas top, certaines rangées sont toutes à la même hauteur, et il y avait des grands devant moi, et je suis petite…), vraiment.

Cela dit, je dois avouer que pour moi, ce spectacle n’est pas extraordinaire. Les oiseaux présentés, du moins les grands surtout, le sont. Mais c’était court, pas très rythmé, et pour finir on ne voyait pas grand chose. Ils ont sorti un très grand vautour blanc, mais ne l’ont pas fait voler, et comme il est resté que d’un seul côté des gradins, on n’a pas pu en profiter. J’ai tout de même eu mes moments d’émotion : d’abord à la sortir du Pygargue à tête blanche, tellement il était magnifique j’en ai eu les larmes aux yeux. Puis avec les vautours, l’un d’eux m’a plus que frôlé (j’ai eu une petite « claque » avec son aile ^^), c’était impressionnant (et assez drôle, en fait). Après le spectacle, un des dresseurs a posé avec un de ses oiseaux, je me suis promis d’imprimer la photo et de lui offrir la prochaine fois qu’on ira là-bas.

DSCF3588

Et je n'ai pas zoomé : on était tout au fond, juste à côté des perchoirs ;)
Et je n’ai pas zoomé : on était tout au fond, juste à côté des perchoirs 😉

DSCF3590

DSCF3593

Le fameux soigneur : c'est là qu'on voit l'amour qu'on peut avoir quand on s'occupe d'animaux dans ce genre de parc
Le fameux soigneur : c’est là qu’on voit l’amour qu’on peut avoir quand on s’occupe d’animaux dans ce genre de parc
Bain de soleil mérité pour les vautours
Bain de soleil mérité pour les vautours

DSCF3596

Après cette petite pause dans notre marche, nous continuons notre voyage, et prenons la direction de la Chine et de ses décors zen. Par curiosité on entre dans une petite cour, et on suit le chemin nous menant vers le nouveau venu : le Binturong, ou « chat-ours » (ça ne s’invente pas ^^). Sur le coup, je n’ai pas vu grand chose, j’ai pris une photo en espérant un bon résultat. Le résultat c’est que c’est bizarre comme bestiole ^^

DSCF3598

le "chat-ours" ou Binturong
le « chat-ours » ou Binturong

Puis on a été voir le couple de panda roux, et là ô joie : l’un d’eux était sur la plateforme juste en face du balcon d’observation ! J’ai kiffé !

DSCF3601

Arrêt au temple Bouddhiste (là aussi, fonctionnel, pas juste un simple décor), avec une curieuse envie de méditation. Puis direction les pandas en zappant totalement – j’ai découvert ça ce matin – le Chemin de la Guérison et la Maison de Thé (à nouveau, « merci » à notre pseudo-guide qui avait ses idées bien arrêtées…). Des pandas, nous n’avons vu que la femelle en pleine sieste, et je me suis dit que pour des animaux dits « géants » ils étaient quand même petits ^^.

DSCF3603

temple-bouddhiste-interieur

On quitte donc la Cité des Immortels – après un bref passage dans la boutique « panda » – et on repart en Afrique. Arrêt pipi au village, on passe devant les girafes, et on s’engouffre dans le chalutier servant de cocon pour les reptiles et – pour mon plus grand malheur – aux gros insectes rampants et aux araignées très velues… Si mon sang n’a fait qu’un tour en voyant de (trop) près un mille-patte géant, j’ai apprécié de voir tous ces serpents, varans, alligators et caïmans, et quantité de tortues. J’ai surtout été impressionnée par la musculature du boa.

Un "petit" girafon
Un « petit » girafon
Une vipère dont j'ai oublié le nom
Une vipère dont j’ai oublié le nom
Brrrr, serpent à sonnettes !
Brrrr, serpent à sonnettes !
Le boa qui bougeait très lentement sous nos yeux ébahis
Le boa qui bougeait très lentement sous nos yeux ébahis
L'alligator en pleine séance d'UV ^^
L’alligator en pleine séance d’UV ^^

DSCF3613

Le Python blanc
Le Python blanc

DSCF3615

DSCF3617

Une tortue à soc, apparemment la terrestre la plus rare
Une tortue à soc, apparemment la terrestre la plus rare

Par contre, il faisait bigrement chaud là-dedans, je n’étais pas mécontente de retrouver l’air que je trouvais trop frais une demi-heure avant ! Quittant la zone, on passe voir les lémuriens, et j’ai eu la chance de pouvoir photographier une maman Maki Catta avec son petit.

DSCF3622

Puis retour à l’entrée, en prenant la direction du grand escalier, lui aussi vestige du XVIIIème siècle.

DSCF3625

Et enfin, arrêt à l’Oasis (qui se trouve dans une grande serre que les humains que nous sommes partageons avec divers oiseaux et autres animaux tropicaux que nous n’avons pas eu le temps de voir). On en profite pour prendre des abonnements pour le reste de la saison (jusqu’au 6 novembre 2016), puisque c’est aussi ici que ça se passe. Avec le prix de l’entrée (29,80€ en ligne, 31€ sur place) remboursé, tout comme le ticket parking du jour, ça nous a fait deux abonnements pour le prix d’un seul (62€ en caisse, si vous prenez direct en ligne, c’est 59,60€), et 17€ pour l’abo parking. Cela valait le coup de se laisser tenter.

Tout ça nous a fait une sacrée journée, et on en a été bien contents ! J’en ai aussi profité pour ajouter à mes cartes postales pour le Postcrossing 5 cartes du parc.

Mais Pairi Daiza, ce n’est pas que ça ! C’est aussi des tas de campagnes de conservation du patrimoine (notamment celui qu’ils réutilisent dans le parc comme éléments naturels de décor) et de protection et conservation des espèces menacées. Via leur site on peut par exemple parrainer certains animaux du parc et ainsi participer à leur vie. Dans tout le parc sont également placés des bornes, certaines d’ailleurs très ludiques, avec une petite phrase d’accroche type « chaque cent compte ». On peut y déposer notre menue monnaie et ainsi participer à moindre frais aux projets du parc.

Autre point, le parc recueille les reptiles, en particulier les tortues (à condition qu’on débourse 15€ par dépôt, rappelons qu’abandonner un animal, ça reste tout sauf cool) : on voit d’ailleurs, quand on visite le Mersus Emergo (le chalutier échoué servant de vivarium), de nombreux autocollants sur les vitres qui racontent les histoires de certains reptiles (comme cette histoire des tortues dans une valise).

En dehors de ça, le parc est vraiment pratique. Pour les parents avec poussette, ça peut cependant vite être galère, certains lieux étant interdits aux poussettes (mais tous ont devant l’entrée un « parking à poussettes » avec des chaînes pour attacher l’engin, à condition d’avoir un cadenas…). Petit bémol d’ailleurs : certaines zones (5 seulement), sont vraiment inaccessibles avec un fauteuil roulant (les même qu’avec les poussettes, en fait), mais je rajouterais que certaines sont peu praticables à cause du degré de pente de certains chemins…

On peut même bénéficier d’un accès gratuit pour 5 personnes pendant 2 heures pour faire des photos de mariage 😉

On est par ailleurs pas du tout obligé de payer sur place pour manger : il y a pleins de zones de pique-nique, couvertes ou non ! Si cette fois on a opté pour la restauration chaude, je pense que les prochaines fois on optera pour l’option sandwiches ^^.

Bref, on va rentabiliser l’abonnement très vite (vu que ça coûte le prix de deux entrées, le calcul est vite fait), et je vous encourage à y aller faire un tour, ça vaut vraiment le coup de s’y attarder ! Par contre, ne comptez jamais tout voir en une seule journée, c’est juste impossible.

Voilà, j’espère que ce petit voyage au paradis vous aura plu ! A bientôt !

Amélie N.

PS : toutes les photos de cet article sont de moi. Merci de ne pas les utiliser sans mon accord (d’ailleurs je vous le déconseille, elles sont en très basse qualité 😉 )
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s